lundi 13 décembre 2010

Persévérance...

« Face à la roche, le ruisseau l'emporte toujours, non pas par la force, mais par la persévérance »
--Jackson BROWN

« Peu de choses sont impossibles à qui est assidu et compétent... Les grandes oeuvres jaillissent non de la force mais de la persévérance »
--Samuel JOHNSON

« L'espérance ne mène à rien, mais la persévérance mène au droit chemin »
--Jean-François MORIN

vendredi 26 novembre 2010

Pub avec Georges St-Pierre

Pub avec Georges St-Pierre... he he he, comique!

Un bon article sur le Crossfit

Un bon article dans le Men's Journal sur le Crossfit:


Get Fit or Die Trying

Mon, May 26, 2008

The world’s hottest fitness trend can put you in the hospital. So why are so many people doing it?

by Larry Gallagher

“Halfway there!” shouts Adrian Bozman, my trainer at the San Francisco branch of CrossFit. I hate him deeply. In a makeshift tent that looks like it was put together by drunken Uzbeks with a welding torch and a pile of stolen scrap metal, I’m well into a frantic regimen of dead lifts (lifting a weighted barbell from the ground to your waist) and burpees (a lethal combination of push-ups, squat-thrusts, and jumps that still strikes fear in the hearts of former high school athletes) performed in rapid succession with very little rest. Dead lift, dead lift, dead lift; burpee, burpee, burpee. All around me, 14 other men and women are suffering through the same intense routine to a soundtrack of arena rock that was shitty in the ’80s and hasn’t gotten any better. Just six minutes in, and I’m wanting to die. This crappy tent isn’t exactly the sort of place where you would expect to find one of the world’s fastest-growing fitness phenomenons, but as I’m discovering,
CrossFit is so ridiculously difficult that you would never expect it to have become so popular in the first place. Nevertheless, 450 CrossFit affiliates have popped up over the past six years from New York to Tokyo.
“Nine minutes!” shouts Bozman as my legs start to do the baby-deer wobble. I’m paired with Ben and Ananda, two beefy guys who each look like they could bench-press me one-handed. When it’s their turn to do dead lifts, they add another 50 pounds of bumper plates.
“Push down through your heels!” they yell at each other, while I sneak a few seconds of rest. “Chest up! Straight back!”
“Time!” Bozman mercifully exclaims. Twelve minutes doesn’t sound like that long, but when it’s filled with burpees and dead lifts, it feels like hours. I’m doubled over, panting, watching my peers disappear into the San Francisco night. As they go I’m left wondering what team of therapists I’m going to have to hire to make it through my month of CrossFit.
Although I consider myself to be in decent shape, I have long avoided the modern gym, with its Gerbil-Tracks and Hamster-Masters, preferring instead a regimen of bike riding up and down the hills of San Francisco, plus enough ashtanga yoga to keep my 44-year-old ectomorphic frame in minimal working order.
CrossFit exercises, which consist of everything from clean-and-jerks to ropeclimbing to shuttle runs performed in a series of high-speed circuits, would certainly be a departure. But the philosophy behind it - a workout that readies your body for virtually any physical activity and can be geared toward anyone from pro athletes to lanky writers - seemed intriguing. So I signed up for a month.
—-
CrossFit founder Greg Glassman, 52, doesn’t hold back in describing his creation: “It’s revolutionary,” he says, which seems odd given the old-school modalities we were goingthrough every day - medicine ball-throwing, tire-flipping, sled-dragging. But to the extent that it is subverting the dominant paradigms of fitness, Glassman’s claim might not be as hyperbolic as it sounds.
Glassman developed CrossFit while working as a personal trainer in Southern California, drawing on a lifetime of experimentation.An avid cyclist, weightlifter, and gymnast, he used to jokingly refer to himself as the “world’s best athlete.” Over the years he began to grow frustrated with the two ideals of American fitness: the near-anorectic Ironman type, on the one hand, and the narcissistic gym-rat musclehead on the other.
Instead, Glassman sought to redefine fitness in its broadest sense, to include not only cardiovascular endurance and brute strength, but flexibility, power, speed, coordination, agility, accuracy, and balance: the wide range of physical attributes that allowed our simian ancestors to navigate the jungles of prehistory successfully enough to pass their genes on to us.
Based on his own experience in athletics, Glassman began creating what he felt were the most optimal exercise routines: constantly varied, functional movements done at high intensity. Every day would bring an unannounced set of challenges - different Olympic lifts, dumbbell-swings, box-jumps, pull-ups or hangs - in any number of different combinations, done at full speed for up to approximately 20 minutes.
In 2001, when CrossFit mounted its first crude website, the phenomenon finally spread beyond Glassman’s home gym. The grueling daily workouts posted on crossfit.com caught the attention of fitness freaks around the country, along with a growing cadre of law enforcement agencies, fire de­partments, professional athletes, and Navy SEALs who liked its tough-guy rigor.
It also inspired mountaineering legend Mark Twight to start Salt Lake City-based Gym Jones, which takes Glassman’s program one step further by customizing workouts for individual athletes’ needs.
A typical CrossFit routine might consist of a 400-meter run, 50 squats, and 30 back extensions - repeated five times. Soon after the website was created, Glassman began licensing the name, and affiliates began sprouting up around the world. Glassman also began merchandising the brand, selling everything from CrossFit calendars to high­light videos to T-shirts and hats with slogans like mess you up and smoke you like cheap crack.
—-
But as CrossFit grew, criticism of the program mounted. For one thing, a handful of first-timers found themselves in the hos­pital with rhabdomyolysis, a potentially fatal condition that’s caused when fibers from ruptured muscle tissue enter the bloodstream and poison the kidneys. While CrossFitters take a certain playful pride in the idea of leaving one’s lunch on the mat (see mascot: “Pukie the Clown”), this was no laughing matter. As a preventive measure, Glassman published a few cautionary articles in his monthly e-magazine, CrossFit Journal, and warned affiliates to be careful about ramping up intensity too quickly. In the long run, he contends, this type of workout is actually the best prophylactic against the condition. “No experienced CrossFitter has had any rhabdo problems,” he says.
Another charge that critics have lobbed at CrossFit is that it encourages bad exercise form, which could lead people to hurt them­selves. “My only caution is the safety ques­tion,” says Stirling Spencer, a personal trainer in San Francisco who is otherwise impressed with the CrossFit program. “These exercises can be complicated and take a lot of focus, especially when you start getting tired. They lend themselves to the possibility of injury.”
“Nothing is perfectly safe, nor should it be,” Glassman responds. “Making mistakes is an unavoidable, essential aspect of skills development.” And when stacked against other popular physical endeavors, he says, the risks are even more negligible. “I don’t know of a strength and conditioning program anywhere, CrossFit included, that has the injury rate of basketball, rugby, or soccer.”
Perhaps a better barometer for just how safe CrossFit actually is, is the fact that some doctors actually endorse the program. Kevin Stone, an orthopedic surgeon at the San Francisco-based Stone Clinic, selectively recommends CrossFit to many of his pa­tients, not only following an operation, but sometimes in lieu of it. “Many times, if we can help that patient get on a good training program, they can regain their range of mo­tion, regain their strength, and they can avoid surgical debridement,” he says.
The beauty of CrossFit - and one of the keys to its success - is that every workout can be scaled down to meet one’s capabilities. Indeed, from my first night at San Francisco CrossFit, the coaches advised me on how to lower weights, reduce reps, and modify push-ups and pull-ups to keep me in the game - while still kicking my ass.
Each day our coaches hammered home how these basic movements, enlisting coor­dinated chains of muscles, were relevant in our lives. “This is how you get a case of wine up on top of your refrigerator,” Kelly Starrett, 34, the founder and head coach at SFCF, would say. “This is how you get a box of xe­rox paper off the floor.”
But it is the intensity that really sets Cross­Fit apart from other fitness programs. Sur­rounded on either end by warm-ups and stretching, the core of a CrossFit workout usually lasts between five and 20 minutes, and sometimes the only break you get is the one you steal to keep from passing out. Re­searchers such as Dr. Izumi Tabata, a Japanese sports science specialist, have found that al­ternating short bursts of exertion and rest significantly improves one’s aerobic and an­aerobic capacities. Dr. Stone has seen the same results in his patients. “People who adopted this program improved their performance at rates that we hadn’t seen before.”
—-
Another convert is pro kayaker Brad Lud­den, 27, who stumbled upon CrossFit four years ago. He had met with early success on the professional circuit (he was national cham­pion at the age of 17), but by 21 he had already started to “sunset.” A CrossFitting friend took him aside and issued him a warning. “He said, ‘You’re on a crash course. You’re either going to kill yourself or injure yourself to the point of ending your career,’ ” Ludden recalls.
After a year of CrossFit he pushed him­self back among the elite in his field and has stayed there ever since. “Had I not started CrossFitting when I did,” he says, “it would have been over. It was the key to the survival of my career.”
Despite such testimonials, guys like Billy Polson, a personal trainer and founder of Diakadi Body in San Francisco, warn that CrossFit isn’t for everyone. “I think it will definitely be for people who are really wanting to test who they are and what they’re capable of,” he says. “And from my experience, a lot of people are scared of that.”
Glassman thinks we have better things to be scared of. “As a culture we live in fear of cancer and heart disease, but what’s driving people into nursing homes is the loss of functional capacity,” he says. “The real risk is in not learning these movements.”
—-
A month after my CrossFit initiation, I’m still at it. Our challenge for today is to row 500 meters on a rowing machine for time, perform 27 shoulder press variations with a weighted barbell, then go back and beat our original time on the rower. Bozman suggests that it might be a good strategy to back off a little on the first row - then adds with a grin, “if you’re a lame-ass.”
I am not a lame-ass. After a month of this stuff, I’ve achieved my primary fitness goal: to not meet Uncle Rhabdo or Uncle Repetitive Stress Injury. But more than that, a rankling pain in my shoulder that I’d had before I started the program seems to have quieted down. My 10-push-up max went up to 25, and two pull-ups turned into nine. I’m quickly in the best all-around shape I’ve ever been in. The San Francisco hills seem flatter, and last week, for the first time in my life, I was able to do a handstand without touching the wall.
An even better metric by which to gauge my adaptation was the speed with which my middle-aged carcass was able to recuperate from a workout. By the end of my month of CrossFitting, I could go through the workout at pretty close to maximum exertion and not feel too punished the next day.
But the real transformation was in my mind. Somehow, in the course of a month, the bug bit me. I became hooked by many of the skills of which I had gotten a taste, especially the Olympic lifting, and grew curious about my limits. I can’t promise how long it will hold my interest, but I was smitten enough to lay down $150 to sign up for another month.
On the rowing machine I’m busting my ass to beat my time of 1:49 in the 500-meter row. By the time I’m halfway through, everyone else is finished with their routines, and one by one they gather around to cheer me on. “C’mon, pull!” shout my fellow CrossFitters. “Sit up straight! Pull long!” I dig deep and row harder. When the 500 meters are up, I look at my time: 1:46.
—-
This article originally appeared in the May 2008 issue of Men’s Journal.

jeudi 12 août 2010

mardi 3 août 2010

Le Figaro - Sciences et Technologies : Des traces potentielles de vie sur Mars

Il y aurait possiblement des traces de vie sur Mars, les scientifiques ont identifiés des indices supplémentaires. Cool! :-)
Le Figaro - Sciences et Technologies : Des traces potentielles de vie sur Mars

Bookmark and Share

lundi 2 août 2010

Un mémoire sur les arts martiaux

C'est assez rare au Québec, un mémoire sur "Les arts martiaux de la région de Québec : milieux de socialité et groupes de référence identitaire"

Pour les amateurs d'arts martiaux, ça peut être une lecture intéressante:

Block269823!_!Memoire_de_maitrise_Version_finale_.pdf (Objet application/pdf)

Bookmark and Share

lundi 26 juillet 2010

Le cancer, première cause de mortalité au Canada

Cet article de la Presse du 24 juillet 2010 nous le rappelle une fois de plus, le cancer est LA cause #1 de mortalité au Canada.  Pas les accidents de voitures ou d'avion, pas les crises cardiaques, pas la grippe H1N1 ou le sida, non... le cancer!

Depuis quelques années, les progrès ont été considérables dans la recherche contre le cancer, cependant, ce n'est pas encore assez et il s'agit d'un domaine qui a besoin de beaucoup de fonds.

Cette maladie touche tout le monde, de près ou de loin, donc ça nous concerne tous!

Je participerai au Cyclo-Défi contre le cancer en 2011, je vous invite à faire un don qui ira directement à la recherche contre le cancer.
Voici le lien:
http://www.conquercancer.ca/site/TR/FrenchEvents/Montreal2011?px=1872102&pg=personal&fr_id=1373

Merci!

Bookmark and Share

vendredi 23 juillet 2010

Un autre vidéo de Crossfit

Ce vidéo est pas mal bon aussi pour décrire ce qu'est le Crossfit.  En tout cas, j'aime beaucoup ce type d'entraînement...




Bookmark and Share

mercredi 21 juillet 2010

À la découverte du Crossfit

J'ai récemment découvert le Crossfit et je dois admettre que j'aime vraiment beaucoup ce type d'entraînement.  Pour les gens occupés, il s'agit d'entraînements relativement court, très intenses et diversifiés.  Ce sont des mouvements fonctionnels, dans lesquels on utilise beaucoup notre propre poids corporel.  Le concept est un peu "anti-gym traditionnel" car on travaille tout le temps un ensemble de muscle plutôt que des muscles isolés comme sur les appareils de type nautilus.
Bref, les centres Crossfit poussent comme des champignons en Amérique du Nord et au Québec, ça vaut la peine d'en faire l'essai!




Bookmark and Share

jeudi 29 avril 2010

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la cellule animale!



Voici un excellent site pour comprendre ce qu'est une cellule animale.

Il a été conçu par Mélanie Villeneuve, professeur au département de Biologie du Collège Maisonneuve.  Le site est très bien illustré avec des animations en 3D et des explications claires et précises.
Il s'agit d'un excellent outil pédagogique pour tous professeurs de biologie et de sciences du vivant, c'est également un site à conserver dans ses favoris pour les élèves de biologie.

Ça vaut le détour, allez y jeter un oeil!

Bookmark and Share

dimanche 18 avril 2010

vendredi 16 avril 2010

Patience et persévérance

Je suis d’un naturel impulsif, certains diront impatient.  Dans certaines situations du quotidien, c’est exact, mais par rapport aux arts martiaux, c’est tout le contraire.  Ce message est pour faire l’apologie de la patience et de la persévérance dans la pratique des arts martiaux tels que le Xin Yi Liu He et le Baji Quan enseignés au Vajra Gym.



Face à la roche, le ruisseau l'emporte toujours, non  pas par la force mais par la persévérance. 
H. Jackson Brown
Pour reprendre l’image qu’un ami avait donnée, les styles de kung fu traditionnels que nous apprenons sont comme un diamant brut que l’on polirait à la main.  Le diamant étant très dur, le polissage est extrêmement long et se fait petit à petit.  Après 5, 10, 15 ou même 20 ans, le diamant fini par être éclatant de beauté et de perfection, mais le travail aura été très long et aura demandé une grande persévérance.
Sifu Stephen Ip a été très clair une fois.  Il nous mentionnait qu’après 6 mois, à pratique égale, un boxeur ou pratiquant de MMA aurait facilement le dessus sur un pratiquant de Baji Quan ou de Xin Yi Liu He.  Cependant, après 10 ans, les probabilités seraient beaucoup plus fortes pour que ce soit l’inverse.  Dans plusieurs pratiques modernes, les résultats arrivent rapidement et un certain niveau d’efficacité est atteint à l’intérieur de quelques mois.  Par contre, il arrive souvent que ces styles sont difficilement praticables passé l’âge de 40 ans, parce que les risques de blessures sont plus grands, parce que ce sont des styles qui requièrent beaucoup l’aspect physique (externe) au détriment de l’aspect interne des arts martiaux.  Dans plusieurs styles traditionnels chinois comme les nôtres, le développement se fait tout au long de la vie et généralement, les maîtres plus âgés deviennent de plus en plus forts grâce à un développement interne supérieur.



Ces niveaux s’atteignent lentement, avec une progression sur plusieurs années.  De là l’importance de la patience et de la persévérance lorsque l’on pratique les arts martiaux chinois traditionnels.
Reste devant la porte si tu veux qu'on te l'ouvre. Ne quitte pas la voie si tu veux qu'on te guide. Rien n'est fermé jamais, sinon à tes propres yeux. 
Attar (Farid al-Din)
Le bouddhisme nous offre des enseignements intéressants à ce sujet, ci-dessous, on fait entre autre référence à la spiritualité, les arts martiaux et le yoga.

Concernant la patience :
Il n’y a pas de négativité qui soit pire que la haine et il n’y a pas d’ascèse qui soit meilleure que la patience. Pour cette raison, il faut sans cesse cultiver toute forme de patience 
BOUDDHA

Aussi généreux que l’on puisse être et même si l’on observe une bonne conduite éthique, sans la vertu de la patience on peut toujours être sous l’emprise de la haine. Or un accès de grande colère peut anéantir en un instant tout le mérite acquis pendant des temps infinis.
Sans la patience, l’aversion s’enfonce en nous comme une flèche empoisonnée et la douleur qui nous transperce l’esprit ne nous permet plus de connaître la paix, la joie et le bien-être. Étant malheureux, nous finissons même par en perdre le sommeil et les difficultés surviennent.
La patience consiste à rester imperturbable en toute circonstance, sans vouloir réduire à néant toutes les formes d’adversité qui nous échoient. C’est un état d’esprit qui ne cherche pas à critiquer, comparer, juger, ou toujours saisir les situations liées aux émotions telles que la haine, la colère, la rancune, le ressentiment, la jalousie, etc.
On distingue trois formes de patience :
-  La première est de ne pas prêter attention au mal que nous font les autres. C’est la capacité de supporter les coups, les invectives, les colères, les critiques, les abus et les interférences que les personnes nous infligent.
-  La seconde est d’accepter la souffrance que l’on subit, surtout si elle est inéluctable. C’est faire face avec courage à tous les maux que l’on expérimente en général dans l’existence tels que la maladie, la vieillesse et la mort, et en particulier à toutes les épreuves que l’on rencontre le long de notre cheminement spirituel. L’attitude de celui qui est capable d’accepter toutes les souffrances en relation avec la pratique spirituelle le conduit à la victoire contre le samsara et à celle sur l’ennemi intérieur qui est l’ego. Il est véritablement un grand héros. A l’opposé, celui qui détruit ses ennemis extérieurs, c’est-à-dire ses semblables, est vraiment misérable et ce processus de destruction est sans fin.
-  La troisième est l’aspiration à reconnaître la vérité ultime, qui est la compréhension de l’absence de réalité du soi et des phénomènes, sans peur ni doute.
L’essentiel de la patience, c’est l’attitude d’esprit qui ne cherche pas à nuire à autrui et qui est dépourvue d’agressivité. Mais, il faut bien comprendre que la non-violence ne signifie pas la passivité ; par exemple, le Dalaï Lama et Gandhi, ont été très actifs dans leur action pour la paix et avec beaucoup de tolérance. Jadis, les moines chinois du monastère de « Shaolin » avaient créé les arts martiaux afin de se défendre contre les envahisseurs et les brigands, mais avec amour et compassion.
Avoir de la patience signifie que l’on respecte fondamentalement les êtres parce que l’on sait que c’est grâce à eux et aux obstacles qu’ils nous créent, que l’on arrive à progresser spirituellement, à dominer notre égoïsme et à développer une attitude plus ouverte et plus souple.
La patience que l’on doit avoir envers le comportement négatif d’autrui repose sur la compréhension de la situation comme étant le résultat d’un acte erroné, commis de notre part, dans le passé. Cela devient une opportunité offerte par quelqu’un afin de purifier un karma antérieur et celui-ci devient alors comme un allié qui fait preuve de beaucoup de bienveillance à notre égard. A un niveau plus élevé, il peut même devenir une source de joie et de bonheur.
Dans le monde, la patience procure la beauté, la santé, la célébrité, une longue vie et un bonheur illimité. Ultimement, elle mène à l’éveil insurpassable.



Concernant maintenant la persévérance :
Le paresseux ne possède aucune vertu transcendante, ne fait pas le bien d’autrui et s’éloigne de l’éveil de l’esprit. Inversement, les qualités de celui qui est persévérant ne déclinent pas, mais s’accroissent jusqu’à la réalisation de la sagesse infinie. 
BOUDDHA

Au niveau spirituel, la persévérance est définie comme étant l’enthousiasme à faire le bien en général et à vraiment accomplir ce qui est bénéfique pour soi et autrui.
C’est également le remède aux trois formes de paresse :
-  La paresse indolente qui est l’attachement excessif aux plaisirs des sens, à l’oisiveté, au sommeil, à la nourriture et à l’alcool, aux drogues, au tabac, etc.
-  La paresse défaitiste qui consiste à toujours se dénigrer ou à penser que l’on est incapable de pratiquer toute forme de spiritualité.
-  La paresse vile qui est d’effectuer des actes négatifs par plaisir ou par insouciance, tels que détruire la vie, amasser des richesses au détriment des autres, rechercher le pouvoir ou les honneurs, etc.
Au contraire, il faut s’armer de courage en pensant :
« Désormais et jusqu’à ce que j’aie établi tous les êtres dans l’état d’éveil insurpassable, je ne me départirai jamais de la persévérance altruiste. »
Il faut aussi avoir le courage d’abandonner les tendances négatives, d’accomplir des actes positifs et de faire le bien d’autrui avec joie sans jamais se lasser ni physiquement ni mentalement.
De plus, la persévérance s’accompagne d’humilité lorsque l’on ne se fait pas une haute opinion des efforts que l’on déploie et doit être insatiable, c’est-à-dire de ne jamais s’estimer satisfait de ses actes de bien.
Le grand yogi Milarépa disait : « La seule raison de se lamenter se trouve dans tous les malheurs qui sont endurés dans le monde. La seule raison de se réjouir se trouve dans toutes les épreuves qui sont accomplies dans le Dharma. »
Ayant pris conscience de toute la souffrance des êtres dans le monde conditionné et ayant compris le fait que c’est dans la pratique spirituelle que se trouve la joie ultime, on puise dans cette motivation l’énergie de réaliser l’éveil de l’esprit.
Évidemment, il n’est pas possible pour un débutant de méditer jour et nuit comme les grands yogis. Mais l’important est d’effectuer une pratique régulière chaque jour. Pour une personne laïque ayant une famille et une activité professionnelle, le mieux est de consacrer une heure par jour à la pratique spirituelle, de préférence le matin ou le soir, avant ou après toute activité mondaine. Que ce soit les arts martiaux, le yoga, la prière ou méditation, toute forme de pratique sur soi est bénéfique. Si l’on a ni doute ni incertitude et que l’on s’applique avec diligence à son ascèse, on triomphera de toutes des difficultés et les souffrances.
En développant la vertu de perfection de la persévérance, les bodhissattvas ont atteint, atteignent et atteindront la parfaite bouddhéité.

mercredi 31 mars 2010

Légende Chinoise du Pot Fêlé



Une vieille dame Chinoise possédait 2 grands pots, chacun suspendu au bout d'une perche qu'elle transportait, appuyée derrière son cou.

Un des pots était fêlé alors que l'autre pot était en parfait état et rapportait toujours sa pleine ration d'eau. A la fin de la longue marche du ruisseau vers la maison le pot fêlé, lui, n'était plus qu'à moitié rempli d'eau.

Tout ceci se déroula quotidiennement pendant 2 années complètes, alors que la vieille dame ne rapportait chez elle qu'un pot et demi d'eau. Bien sûr le pot intact était très fier de ce qu'il accomplissait mais le pot fêlé avait honte de ses propres imperfections. Le pot fêlé se sentait triste car il ne pouvait faire que la moitié du travail pour lequel il avait été créé.

Après deux années de ce qu'il percevait comme un échec, il s'adressa un jour à la vieille dame alors qu'il était près du ruisseau : "J'ai honte de moi-même parce que la fêlure sur mon côté laisse l'eau s'échapper tout le long du chemin lors du retour vers la maison."

La vieille dame sourit et répondit : "As-tu remarqué qu'il y a des fleurs sur ton côté du chemin et qu'il n'y en a pas de l'autre côté? J'ai toujours su à propos de ta fêlure, donc j'ai semé des graines de ton côté du chemin et, chaque jour, lors du retour à la maison tu les arrosais.

Pendant 2 ans, j'ai pu ainsi cueillir de superbes fleurs pour décorer la table. Sans toi, étant simplement tel que tu es, il n'aurait pu y avoir cette beauté pour agrémenter la nature et la table.

Chacun de nous a ses propres manques, ses fêlures mais ce sont ces manques qui rendent nos vies si intéressantes. Chaque fêlure rend nos vies enrichissantes à trouver ce qu'elle a de bon en elle.

dimanche 28 mars 2010

Une autre victoire de Georges St-Pierre

On a eu droit à une autre belle victoire de Georges St-Pierre hier soir.  Le combat n'a pas été spectaculaire mais St-Pierrre a définitivement dominé son adversaire tout au long de l'affrontement.  Hardy semblait avoir des articulations en caoutchouc pour réussir à survivre à toutes les prises que GSP lui infligeait...

 (Photo en provenance du site de RDS.ca)

Ce que j'ai aimé dans ce combat est d'une part le niveau technique de Georges St-Pierre qui est vraiment solide et expérimenté en grappling, mais aussi son attitude.  Hardy, qui jouait le jeu de beaucoup de combattants dans ce type de compétition, affichant un air arrogant pour tenter d'intimider St-Pierre.  GSP tant qu'à lui, restait neutre, faisait son salut d'arts martiaux, serrait la main et félicitait son adversaire à la fin du combat.  J'ai beaucoup aimé ce comportement noble qui donne à mon avis un peu plus de dignité à ce sport qui est malheureusement encore perçu comme des bagarres de rue.
GSP agit avec noblesse, un esprit guerrier et beaucoup de respect et je l'admire beaucoup pour cela.  Et quand il adopte une attitude arrogante dans les vidéos précédents le combat, il faut comprendre que c'est pour stimuler les ventes de la UFC, ça fait partie de la "game" comme on dit, son attitude dans l'octogone montre vraiment quel chic type il est!
Bravo GSP!  Tu es vraiment un de nos plus grands athlètes Québécois!

vendredi 26 mars 2010

Les arts martiaux chinois... fontaine de jouvence?

J'ai entendu de la bouche de certains professeurs d'arts martiaux chinois (kung fu, tai chi) que dans les styles plus traditionnels, dans lequel l'aspect interne est travaillé, que l'on devient plus fort en vieillissant.  Il s'agit de styles que l'on peut pratiquer jusqu'à un âge avancé et dans lesquels la progression se fait lentement, sur plusieurs années.  Plusieurs grands maîtres sont morts très vieux et ils étaient encore en mesure de pratiquer les arts martiaux quotidiennement.  J'avoue que j'admire beaucoup ces maîtres et je souhaite ardemment être en mesure d'en faire autant à leur âge...

Voici maître Yeung Dakyau âgé de 90 ans sur ce vidéo.  Il exécute une forme de Hung Gar Kung Fu.



Maître Yu Hua Long, plus de 70 ans:



Un maître de Tai Chi de 91 ans



Gao Yen Tao, plus de 80 ans...

Penser autrement

Penser autrement pour réduire l'impact des changements climatiques:

mardi 19 janvier 2010

Karate Kid 2010

Je sens que je vais aimer ça :-)

vendredi 8 janvier 2010

Du nouveau au Vajra Gym : Le Xin Yi Liu He

Le Vajra Gym a l’immense plaisir de vous annoncer qu’une toute nouvelle discipline sera bientôt offerte dans nos locaux.  Effectivement, d’ici quelques jours des séances de Xin Yi Liu He seront données au Gym.  Les détails suivront sous peu.

Qu’est-ce que le Xin Yi Liu He?  Il s’agit d’un autre style de Kung Fu traditionnel qui sera enseigné par maître Yu De Lin (于德麟), le fils du légendaire grand maître Yu Hua Long (于化龙).
Voici une brève description du style tirée d’Internet
(source : http://www.kungfufrance.com/le-kung-fu/le-xin-yi-liu-he-quan)

« Le Xin Yi Liu He Quan signifie la boxe du coeur et de l’intention des six harmonies, un titre un peu long mais qui définit parfaitement la pratique. Par « coeur » il faut entendre le courage nécessaire à l’exécution du style qui propose toujours de rentrer directement dans l’adversaire. « L’intention » (yi) est la conscience des forces du corps dans tout le mouvement jusqu’à l’impact. Les « six harmonies » que l’on rencontre dans d’autres styles sont les six directions contraires (haut – bas, avant – arrière, gauche – droite) que la conscience doit conserver pour renforcer  l’équilibre et développer l’énergie.

Ce style se caractérise par deux principes convergents, celui d’économie dans les gestes et celui d’unité dans l’attaque.  Les techniques sont débarrassées de tout geste superflu, de toute fioriture, pour ne rien perdre de la force au moment de l’impact. Le sens des techniques reste au plus proche de l’intention (yi). La stratégie de combat est donc résolument tournée vers l’attaque la plus directe possible. Le pratiquant rentre avec tout le corps.

Il est ardu de vraiment maîtriser ce style mais qui arrive à en maîtriser toutes les subtilités de celui-ci, devient extrêmement puissant. Le Xin Yi Liu He Quan de Luoyang utilise les formes animales du « Dragon » (Long Xing), « le Tigre » (Hu Xing), « le Singe » (Hou Xing), « le Cheval » (Ma Xing), « le Coq » (Ji Xing), « l’Hirondelle » (Yan Xing), « le Faucon » (Yao Xing), « le Serpent » (She Xing), « l’Aigle » (Ying Xing) et « l’Ours » (Xiong Xing) comme techniques principales. »


Voici un vidéo de Sifu Stephen Ip s’entraînant avec maître Yu De Lin :